La bioéthique au Liban

La bioéthique au Liban

Bioéthique au Liban : Définition et Législation

Défi de la Bioéthique au Liban

Au cours des cinquante dernières années, la progression prodigieuse de la recherche scientifique est en train de changer le cours de l’humaine condition. Désormais, la vie peut être donnée en dehors des processus naturels, au travers des méthodes de procréation médicalement assistée, et le diagnostic prénatal permet de connaître la qualité potentielle de cette procréation. La vie peut être secourue et prolongée par les transplantations d’organes. La vie peut être modifiée par les manipulations génétiques et le décryptage du génome humain permet de percer le destin biologique de l’homme et ouvrent la voie à la médecine prédictive. De guérisseurs le scientifique et le médecin prétendent devenir des créateurs.

Jusqu’où peut aller l’homme de science et à quel prix ?

Ces bouleversements de notre destinée s’ils conduisent à des bienfaits inestimables peuvent aussi conduire à des catastrophes.

Nous avons donc besoin de réfléchir à ces dilemmes. Cette réflexion concerne non seulement les scientifiques, mais aussi toutes les composantes de la société : philosophes, sociologues, hommes de religion, juristes et pouvoir politique. L’ensemble de cette réflexion constitue la « Bioéthique » qui étudie l’utilisation des nouvelles techniques afin de concilier la recherche scientifique avec la protection de la personne humaine et sa dignité. L’introduction au Liban ces quinze dernières années des pratiques médicales de pointe, sans texte législatif les accompagnants, donnent une acuité particulière à ce besoin de réflexion et imposent l’existence d’un organisme consultatif près du pouvoir exécutif.